papayoux

Campagnes publiques

Ce projet est né suite à une prise de conscience de l'impact écologique de ma consommation  personnelle de produits cosmétiques emballés, voir sur - emballés ! polluants et pas très recommandés du point de vue de la santé !

De ce constat, a émergé l'idée de fabriquer mes propres savons et de mettre à contribution nos charmantes pensionnaires à 4 pattes marguerite, pêche et prune, nos chèvres poitevine. Grâce à leur lait riche en propriétés hydratantes et adoucissantes pour la peau.

 

Actuellement en cours de création d'entreprise, il me reste quelques démarches administratives afin de pouvoir commencer la vente.

Je produit donc pour le moment pour ma consommation personnelle des savons par saponification à froid, à base de lait de chèvres. Je souhaite commencé une fois mon entreprise ouverte avec une gamme d'environ 6 recettes de savons différents (dont un savon-shampoing, un savon exfoliant et diverses parfums), gamme qui ne demande qu'à s'élargir au gré de mes découvertes et de mes expériences !

Je souhaite utiliser, des matières premières  (huiles végétales, huiles essentielles,  plantes ...) issues pour la majeure partie de l'agriculture biologique et locales. Je suis d'ailleurs toujours à la recherche de fournisseurs ! (Située dans le sud charente, je possède quelques contacts mais si d'autres souhaitent me proposer leurs produits, n'hésitez pas !)

L'argent récolté servira soit au financement d'une partie du matériel, soit au financement de la validation des recettes par un laboratoire en toxicologie  (validation obligatoire pour la vente de ce type de produit).

 

 

0.00 €
collectés
Terminé
Bonjour à toutes et à tous !
Bienvenue sur notre campagne !
 
 
Notre binôme : Nous sommes Marion et Clémentine, deux étudiantes et amies depuis maintenant quelques années ! Nous sommes originaires des Alpes-Maritimes (06) et nous nous sommes rencontrées à Valberg, station de sports d'hiver non loin de Nice.

Dans quel projet nous lançons-nous ? Nous sommes pré-inscrites pour le
Cap Femina Aventure, raid solidaire 100% féminin à la découverte du Maroc organisé par l'agence Maïenga (en charge du rallye Aïcha des Gazelles notamment). Nous serons l'équipage 262 au départ en Octobre 2020 pour la 10ème édition du Cap Femina. C'est une aventure sportive mêlant actions solidaires et rencontres des populations locales du désert !

Comment nous est venue cette idée ? Marion est partie en voyage humanitaire dans l'Atlas Marocain en Août 2018 et à son retour une seule envie, celle de repartir ! Passionnée de sports automobiles et animée par le goût de l'aventure, la participation au Cap Femina Aventure est apparue comme une évidence ! Clémentine, quant à elle, s'est avérée être la co-équipière idéale puisque partageant les mêmes envies !

Quelles sont les associations qui nous accompagnent ? Nous avons créé l'association loi 1901 intitulée Étern’elles qui nous permettra de récolter des fonds. De plus, nous serons en collaboration avec l'association Coeur de Gazelles et nous participerons activement à plusieurs actions solidaires mises en place par l'organisation tout au long de l'aventure.
 
A quoi servira l'argent collecté ? L'argent collecté nous aidera à gérer toute notre organisation (inscription, location du véhicule, assurances, transfert vers le Maroc, matériel divers) mais aussi à participer aux actions solidaires en apportant des dons aux populations locales.
 
Merci beaucoup d'avance de votre participation, de votre aide et soutien !
 
Nous recherchons aussi des partenaires et des sponsors, n'hésitez pas à nous demander notre dossier de sponsoring pour plus de renseignements !
 
Retrouvez-nous sur notre page Instagram, notre page Facebook et notre site Web !
 
Contact : marionclementinecapfee262@gmail.com
 
                         
 
 
110.00 €
collectés
Terminé

Au 01/07/2020, la cagnotte totale a atteint 5.145 euros !

Pour suivre toute l'évolution, savoir comment est utilisée la cagnotte, des infos, des citations, etc, RDV sur ce blog :
www.marie74.com

Nous y voilà !

1 an que le diagnostic de la maladie de Lyme a été posé après des années d’errance médicale.

1 an que j’ai lancé un appel financier à tout mon entourage pour continuer à me soigner.

1 an de traitements lourds et de protocoles en tout genre.

Beaucoup ont répondu présent par des messages, des encouragements et/ou une participation financière tout au long de l’année. Je vous remercie énormément !!

Aussi, je vais déjà un-peu mieux ; pas comme la plupart d’entre vous bien-sûr, mais j’ai gravi des marches stables.

Même si on ne guérit jamais vraiment de cette maladie chronique, la « guérison » se profile très doucement et je dois m’armer de patience encore 1, 2, 3 ou 4 ans avant de peut-être espérer retrouver 80 ou 90% de mon état d’avant.

Alors j’ai toujours besoin de vous pour continuer à payer mes traitements. En 2020, un malade de Lyme en France (comme dans la plupart des pays) doit être riche pour se soigner… C’est ainsi, on ne choisit pas sa maladie.

Je sais que la période actuelle est difficile pour certains au niveau financier et que tout le monde ne peut pas aider à ce niveau-là. Je lance simplement un nouvel appel à qui pourra et à qui aura l’envie.

Voici le lien vers ma cagnotte qui me suit tout au long de cette maladie (pas de frais obligatoires sur cette cagnotte). Le petit cochon vert de Papayoux, je finis par bien l’aimer J

www.papayoux-solidarite.com/fr/collecte/tribune-dune-malade-de-lyme-besoin-de-vous-pour-me-soigner 

D’avance : MERCI ….

 

Comme l’an dernier, pour les plus courageux en lecture, je vous livre ci-dessous mes pensées, mes ressentis et surtout mes remerciements… 

Je n’ai en général pas pour habitude d’étaler ma vie en public. Mais beaucoup d’entre vous y êtes entrés doucement et sûrement pour m’épauler. Alors, j’ai envie de vous parler de cette année écoulée qui m’a fait reprendre confiance.

Merci !

Suite à ma première tribune en juin 2019 et tout au long de l’année, vous avez été si nombreux à me témoigner votre soutien ! C’était totalement inespéré ; je ne m’attendais tellement pas à autant… Beaucoup de malades de Lyme sont abandonnés par leur entourage et se retrouvent bien souvent seuls ; vous avez réussi à faire mentir les statistiques ! Que ce soit la famille, ma moitié, les amis, les vieilles connaissances, les collègues, les inconnus … Vous avez tous été là.

Que d’encouragements reçus ! Des mots touchants, des appels réconfortants, des propositions d’aide, des cartes dans ma boîte aux lettres …. Vous n’imaginez pas le bonheur de recevoir, de lire et  d’entendre tout cela ; surtout après des années d’incompréhension et de déni médical.  

Tout ce soutien m’a fait tellement du bien. Merci du fond du cœur !

J’ai aussi eu la grande chance (ma survie en fait) d’avoir rencontré par bouche à oreille ma médecin de Suisse, spécialiste sur le sujet et travaillant sur les protocoles des Etats-Unis. Ils sont encore tellement rares… Le premier médecin qui m’a écouté d’une façon holistique, qui m’a fait confiance, qui m’a cru, qui a trouvé, qui a posé un vrai diagnostic et qui m’a fourni les traitements adaptés. Une seule personne peut vous redonner toute la confiance perdue depuis des années en la médecine ; et en vous-même aussi.

J’ai aussi la chance d’avoir une médecin traitant qui comprend cette maladie même si elle ne connait pas les protocoles. Elle me suit pour les arrêts maladie dans les rechutes importantes.

Au travail aussi, j’ai eu la chance de trouver, à mon retour d’un an d’arrêt maladie, un poste adapté avec une équipe super sympa et compréhensive.

Et encore une fois, je ne dirais jamais assez le rôle primordial d’un bon psychiatre… La mienne, Estelle, m’a toujours soutenue sans faille dans mes recherches médicales et m’a encouragé sans relâche à continuer pour comprendre et trouver tout en essayant de garder le moral ; et pensant toujours que mes symptômes n’étaient pas dans ma tête.

La cagnotte

En plus du soutien moral, certains ont eu l’extrême gentillesse de répondre présents à mon appel de « dons ».

Et oui, la maladie de Lyme sous sa forme chronique n’est pas reconnue en France et les malades vont se faire soigner à l’étranger et payent les traitements de leur poche. Autant dire une ruine !

Voir ma première tribune qui en parle ICI

Juin 2019. En lançant cette cagnotte, j’espérais recevoir peut-être 400 ou 500 €… En 1 an, ce sont 3.915 € reçus !!! Totalement incroyable !

Certains s’excusaient de donner un « petit » don (selon eux). D’autres m’ont dit : « On fera un resto de moins dans le mois, ce n’est pas grave » ou encore « Je n’ai pas d’enfant, alors autant que ce soit pour toi ». D’autres encore : « On te donne si peu, cela ne tiendra pas longtemps »…

Mais au final, ce sont les petites rivières qui font les grands fleuves car j’ai pu avoir une année complète de soins appropriés !

Tous ces médicaments et ces compléments achetés avec cet argent sont indispensables pour avoir une chance de voir le bout du tunnel.  

Alors à tous ceux qui ont participé à la cagnotte, je vous remercie si chaleureusement.

Sachez que le chemin vers la guérison, c’est en grande partie à vous que je le dois. 

Merci mille fois :

Maëlla, Arielle, Angèle, Christelle & Marc, Marie-Ange, Francine, Séverine C, Amandine, Jean-Gérard, Eric & Céline, Laurence M., Hubert, Florence, Emeline, Laurence P., Pierre, Gaby & Mag, Claudine, Jane, Carine, Céline, Thibaut, Philippe, Kty, Simon, Sylvie & Benoît, Françoise & François, Elodie, Khalida, Lesly & Thierry, Estelle & Thierry, Caro, Laurence T.

Laurence M. pour le WE payé dans la Drôme ; Sylviane P. pour le resto ; Laurence P. du Chalet Zen pour le massage offert ; Chantal & Henri pour le prêt gracieux du studio à St Raphaël ;  Sylviane N. pour m’avoir offert des compléments alimentaires ; Aude pour les séances de neurofeedback ; Papa pour l'aide à toutes les grosses dépenses (voiture, loyer,…). 2 laboratoires (Parinat et Copmed) ont aussi répondu présents pour m’octroyer des remises sur les compléments. 

Mieux ! Mais….

Et grâce à cette année de traitement, mon état s’est amélioré. Que cela fait du bien de souffler un-peu et de revivre quelques moments comme vous !

Sur 68 symptômes présents il y a 1 an avant les traitements (Lyme en compte plus de 90 possibles), je n’en ai plus « que » 24 ; la fatigue et la surcharge mentale étant les plus présents.

Si je considère que j’étais tombée à 15% de ma capacité il y a 1 an, je peux évaluer la remontée à 45-50 %.

Donc vous voyez que votre soutien, tant moral que financier, est immense !

Le fait d’avoir enfin été diagnostiquée après des années d’errance médicale m’a apaisée. Je me sens plus calme, mieux avec moi-même et mieux avec les autres.  

Et puis voyons le fun : je suis devenue ultra calée sur toutes les molécules d’antibiotiques ! Azithromycine, metronidazole, doxycicline, fazygine, roxithromycine, flubendazole, pyrantel… ils n’ont plus de secrets pour moi ! Si vous avez besoin d’un conseil, n’hésitez pas !

Mais le chemin est encore long. J’alterne les périodes de mieux avec des mois de grosse rechute.  Il fait s’accrocher et tenir sur la durée. 1 à 5 ans sont nécessaires pour espérer aller mieux (et encore, seulement pour 75% des malades ; les traitements échouant pour les autres).   

En décembre 2019, la CPAM m’a classée en Invalidité 1 (pour problèmes immunitaires, preuves à l'appui, entrainant une fatigue chronique ). Cela me permet encore de travailler 20h/semaine ; le maxi que je puisse faire. Une reconnaissance supplémentaire même si ce n’est pas pour Lyme directement. Car pour certains malades de Lyme, la sécu leur dit de retourner travailler (vu que c’est soi-disant dans la tête) et leur coupe les vivres.

Depuis 6 mois, je suis en bataille avec ma prévoyance qui est censée me verser une rente invalidité. La case « somatoforme » qui exclue toute garantie est bien pratique pour eux. Mais je ne lâche rien et j’irai jusqu’au bout. Car sans cela, je perds 30% de mon salaire et je ne peux plus payer mon logement. Un vrai tracas qui empêche de se consacrer exclusivement à la guérison.

Le blog

Septembre 2019. J’ai créé un blog pour informer et sensibiliser sur Lyme (www.marie74.com).

Grâce à ce blog, quelques personnes ont pu me contacter. De Suisse par exemple…

Un jour d’octobre, je reçois un message : « Bonjour Marie, Je suis dans le même état que vous. Je suis également passée chez tous les spécialistes possibles…… ». De ce jour est née une super amitié avec Anne, même si on ne s’est encore jamais vues : on vit exactement la même chose (Lyme + co-infections + histaminose), on s’écrit tous les jours, on s’entraide, on se comprend, on se conseille mutuellement sur les traitements, …

Le partage avec une personne qui vit la même chose en même temps est primordiale pour garder le moral. On avance ensemble, au même rythme. La victoire sur la maladie de l’une sera aussi la victoire de l’autre.

Avec ce blog, je me fais aussi plaisir avec d’autres articles sur l’art créatif, les civilisations ou le bien-vivre. J’ai lancé des « chroniques citronnées », toujours avec humour ! Beaucoup ont accroché, des proches comme des inconnus ; certains attendant même la prochaine. Quelle surprise !! Et encore une fois, c’est vous qui me faites avancer.

L’inspiration me manque avec les soucis financiers, mais si cela s’améliore, promis, je reprends l’écriture J

Le témoignage

Décembre 2019. Cette maladie permet de faire de belles rencontres. Avec Greg par exemple, lui-même malade de Lyme et créateur du site « Socialyme » sur les maladies chroniques. Il m’a invité à écrire mon témoignage pour le publier.

Trouver les mots pour raconter mon histoire et la résumer en quelques paragraphes n’a pas été facile. Assez difficile même. Au final, la publication a vraiment fait du bien, comme une reconnaissance. Témoignage ici

Toujours besoin de vous… 

Pour continuer les soins avec les RDV médicaux en Suisse et la pléthore de compléments alimentaires et de médicaments, je fais de nouveau appel à vous tous.

Car, après un an, ma p’tite cagnotte s’est épuisée et elle redemande une aide pour repartir du bon pied.

Alors à votre bon cœur …. ♥

Et pour avoir toute confiance (car non non, je n’utilise pas votre argent pour aller en discothèque), sur mon blog, je vous dis régulièrement comment l’argent est utilisé ICI.

Le mot de la fin 

Malgré la maladie, les difficultés, les traitements lourds, les rechutes, les problèmes financiers, je dois bien vous dire que je me sens bien. Car le soutien reçu, la chaleur humaine, ma nouvelle façon d’appréhender et de voir les choses … tout cela est inestimable et c’est grâce à vous tous !

Alors encore merci du fond du cœur !!

 

 

 

PREMIERE TRIBUNE DE JUIN 2019

Bonjour à tous,

J’envoie cette tribune à tous ceux qui voudront bien la lire, avec un-peu d’humour en passant. Même si vous ne m’aidez pas personnellement et financièrement, cette tribune peut vous informer car vous aurez sûrement une personne concernée une fois dans votre entourage.

Pour résumer et si vous souhaitez vous arrêter à ce paragraphe (j’avoue, c’est long) : je n’ai plus d’argent pour me soigner de la maladie de Lyme chronique, alors je fais appel à de généreux donateurs (plus vous serez nombreux, plus on s’amusera !) qui pourraient m’aider pour continuer à me soigner correctement. Je vous propose de parrainer un médicament pour qu'il puisse continuer sa route chez moi...

Partagez autour de vous - autant que possible. MERCI ! MERCI !

 

La suite, pour les plus motivés :

LE PARCOURS BANAL D’UN MALADE DE LYME CHRONIQUE

Si je commence par vous dire « oh, j’ai vécu un calvaire pendant 2 ans, et tout et tout », et que je vous cite tous mes symptômes et la difficulté de mon quotidien, vous allez fermer directement ce mail. Encore une qui se plaint… on en entend assez. Alors tentons avec un brin d’humour, peut-être que ça vous fera tenir jusqu’au bout !

Lyme, ça s’attrape grâce à des petites bêtes super jolies comme des tiques, des puces ou des moustiques. Dommage, on ne peut pas les élever à la maison ! La bactérie peut rester des années  bien au chaud dans le corps avant de profiter d’une faiblesse (un gros virus comme la mononucléose ou un gros stress) pour se déclencher. Et là, il faut bien le dire, c’est la cata. La vie n’est plus une vie, on souffre physiquement, on ne peut plus travailler tellement la fatigue est importante et on perd tout ce qu’on a.

Nous, « Lymés » chroniques, on est les champions des symptômes ! Vous pouvez vous amuser à regarder la liste sur Internet, il peut y en avoir plus d’une centaine. La plupart sont invisibles aux yeux de tous, sinon, ça ne serait pas marrant. Et le grand privilège : quand la maladie est trop avancée, on a quasiment le système immunitaire d’un malade du Sida. Ce n’est pas chouette tout ça ?

En France,  Lyme chronique, c’est comme le nuage de Tchernobyl : ça existe chez les voisins mais pas chez nous. Bah oui, on ne vous avait pas dit ? L’Europe a supprimé les frontières pour les humains, mais pas pour les tiques qui sont encore refoulés aux frontières françaises. Alors quand vous êtes « lymé » sans le savoir (je préférais être fichée S, au moins, on s’intéresserait plus à moi), sachez que vous allez voir du pays pendant longtemps, des années même, à égrener les médecins aux 4 coins de la France. C’est sympa et ça permet aussi de se cultiver. Un « lymé » en sait toujours plus que le médecin en face de lui. J’ai d’ailleurs pensé un temps me recycler en médecine ; je suis calée maintenant, il ne faut pas croire !

Je dois vous avouer : j’ai une petite panoplie de médecins à mon actif, répartis entre Annecy, Annemasse, Grenoble et Lyon ; et en prime, avec des spécialités différentes (ça, c’est la classe et le privilège du «lymé » qui s’ignore) : généralistes, kinésithérapeute, nutritionniste, gastroentérologue, ORL, urologue, allergologue, ophtalmologue, orthoptiste, pneumologue, infectiologue, services de médecine interne, ...

Vous pensez que tous sont différents… FAUX ! Ils ont tous un point commun quand-même (ben oui, faut bien !) : ils vous font passer pour un grand malade psychosomatique. Ça, ils adorent. A ce sujet, je vous livre ici mon best-of : « C’est dans votre tête », « Retournez chez votre psy », « Avec des antidépresseurs, cela ira sûrement mieux », « C’est une coïncidence », « Rentrez chez vous pour vous reposer » , « Faites de la méditation, ça vous calmera », « Dites-vous dans votre tête que ça ira mieux et vous verrez, ça ira mieux » et le meilleur pour la fin : « Mais vous le faites exprès, à chaque fois qu’on se voit, vous dites que ça ne va pas mieux. Faites un petit effort ». Le paradoxe, c’est que ma psychiatre a toujours été la seule à me dire que ce n’est pas dans ma tête et qu’il faut continuer à se battre pour trouver. Une perle, pas vrai ?

Ah et j’oubliais : le médecin spécialiste est un prototype particulier qui déteste ne pas trouver et comme Lyme n’est pas dans son vocabulaire, ben … il vous attribue de super maladies. A sa décharge, Lyme brouille tellement les pistes qu’on a des anticorps positifs à plusieurs maladies auto-immunes, c’est comme un jeu de piste ! J’ai eu le droit à la sclérodermie, à la thyroïdite, à la sclérose en plaques, à la maladie auto-immune de Goujerot, à l’évocation du Sida et j’en passe. Cela a le mérite de vous faire espérer d’avoir enfin un vrai diagnostic. Peine perdue.

Pire ! Pour faire bien et mettre dans son compte rendu, le spécialiste est content de vous donner des traitements (chimiques bien-sûr) qui vous détraquent encore plus. Vous mettez ensuite 4 mois pour vous en remettre…  grâce à des médicaments, qui, eux, ne sont pas chimiques, donc non remboursés. Finalement, l’économie du pays tourne bien avec les « lymés ».

Et dernière anecdote : quand mon nutrithérapeute (enfin un qui comprend ce qu’il faut faire !) ne me sachant pas encore « lymée », m’a mise au régime sec sans gluten, sans lactose et surtout sans sucre, alors là, pour le médecin spécialiste, j’étais carrément devenue une anorexique en puissance. Mon cas nécessitait vraiment un suivi psychiatrique resserré. Mais il faudrait leur expliquer, aux spécialistes, que la bactérie se nourrit et se développe, entre autres, grâce aux sucres, alors ils comprendraient l’utilité d’un tel régime pour un « lymé ».

Si vous avez un examen médical à passer, vous me demandez ! Je suis devenue spécialiste (quand je pense que certains payent pour avoir des formations, franchement !) : IRM cérébral et médullaire, radios/échographies/scanners en tout genre, prises de sang (entre 2 et 15 tubes), ECG (ça, c’est le cœur), EFR (et ça, le souffle), test d’apnée du sommeil, capillaroscopie, manométrie, coloscopie, gastroscopies. J’ai même eu une vidéocapsule pour voir mon intestin ! Quelle chance !

Tout ça, c’est remboursé par la sécu et pris sur vos impôts. Mais ça ne sert à rien. Car pour un « lymé », on ne trouve rien avec ces examens. C’est bête, vous me direz. Et comme les tests de Lyme en France sont les moins fiables existants sur cette planète, ben on est mal barré ! On risque donc encore de vous coûter cher pour un moment.

Je me pose quand-même une question : si la France adoptait un test plus fiable pour détecter tôt la  maladie chronique et soigner les malades tout de suite, est-ce que cela ne ferait pas gagner de l’argent à la Société plutôt que de payer des milliers d’euros pour nos arrêts maladie, nos consultations de spécialistes et examens en tout genre ? D’autant que quand la maladie est prise trop tard, il nous restera forcément des séquelles. Mais si cela n’a pas été retenu, mon calcul doit être erroné et j’ai dû trop réviser mon bac S en 1998 devant Roland Garros et la Coupe du Monde de foot.

Et c’est là ensuite qu’intervient notre compte bancaire. Nous, « lymés », ce n’est pas la peine de nous cambrioler ou de pirater notre CB, on n’a plus un sou. Qu’on se le dise.

Une bonne naturopathe, sans savoir que vous êtes « lymé », peut vous aider comme le Messie grâce à des tas de compléments alimentaires qui vous maintiennent en vie (non non, ce n’est pas une métaphore) en attendant un vrai traitement. Lyme entraîne des carences continuelles en vitamines, minéraux et neurotransmetteurs (ce sont les petites choses comme la sérotonine, la mélatonine ou la dopamine qui régulent votre bonne humeur et votre sommeil).

Là, vous me voyez venir ! Ben oui, tout ça n’est pas remboursé. Forcément, sinon, ça serait trop facile !

Je vous passe aussi tous les examens qu’on fait de notre côté, à nos frais pour des centaines d’euros, pour chercher et comprendre. Mais cela paye (si vous me permettez la vanne) car c’est avec des examens non remboursés en France qu’un « lymé » a une chance de trouver ce qu’il a. Vous comprendrez donc pourquoi un « lymé » part régulièrement à l’étranger, parfois jusqu’au Canada ou aux USA. Ce n’est pas qu’il ait un goût prononcé pour les voyages mais il a simplement envie d’être soigné. Pour ma part, je dis merci à l’Allemagne, le Luxembourg et surtout la Suisse.

J’ai oublié de vous dire : le seul traitement pouvant améliorer la vie d’un « lymé » est une polyantibiothérapie (=combinaison de plusieurs antiobios en même temps sur plusieurs mois), mais ça, c’est interdit en France. Si un médecin français a la bonne idée de prescrire cela dans le but de guérir ses patients, il court le risque d'être déconventionné de l’Ordre des Médecins. Hippocrate ne serait pas content du tout.

D’ailleurs, un médecin généraliste français m’a dit : « J’ai bien pensé que vous aviez Lyme, mais il faut me comprendre. J’ai une famille à nourrir et je ne peux pas me permettre de perdre mon travail en prescrivant des traitements interdits ». Alors là, je me dis que quelque chose ne tourne pas rond. Vous ne croyez pas ?

Mais d’un autre côté, je dois quand-même remercier la sécu, car les médecins conseils comprennent mon combat, voient mon état et savent que je m’accroche à mon travail. Car oui ! J’ai envie d’aller au travail tous les jours, cela veut dire que je peux faire quelque chose ! Alors je continue à recevoir mes indemnités, sans quoi je serai à la rue… sans jeu de mots !

Après des mois et des années d’errance médicale, vous n’imaginez même pas ce que cela fait de rencontrer un médecin suisse – la doctoresse comme ils disent là-bas  – grâce à qui des résultats d’examens reviennent mauvais (ben oui, enfin on trouve, alors on est content !!), qui pose un vrai diagnostic, et qui se demande même pourquoi vous ne vous plaignez pas plus avec ce que vous avez. Alors là, vous avez envie de lui baiser les pieds, de la prendre dans vos bras et de l’embrasser (on ne va pas pousser quand-même) ! 

Quand ENFIN vous avez un nom sur vos maux, vous êtes heureux ! Vous avez envie de le partager ! Mais là encore, je me dis que parfois, il vaudrait mieux être sourde, surtout quand cela vient de la part de médecins : « ah ce n’est que ça, alors ça va », « Lyme, ok, mais quoi d’autre ? », « Lyme est un fourre-tout quand on ne sait pas », « c’est quoi Lyme ? », « oh ben c’est bien, ça doit se guérir facilement ». Même si on est bricolo, quand les autres enfoncent le clou, ben le clou fait mal quand-même.

Je souhaiterais écrire à Manu. Vous en pensez quoi ? Il est jeune. Il est beau. Il aime bien les enfants autistes, enfin surtout Brigitte. Alors si je lui expliquais qu’env. 20% des enfants autistes ne sont en fait pas autistes, mais des malades de Lyme et qu’ils pourraient « guérir » grâce aux polyantibiothérapies de Lyme (ce n’est pas moi qui le dit mais les spécialistes mondiaux de Lyme), alors peut-être qu’il ferait quelque chose pour nous, Manu. Quoique, vue que Lyme se transmet comme le Sida, on risque d’être vite nombreux à envahir le pays, alors faudrait pas trop que ça se sache et la sécu ne serait pas contente du tout - comme Hippocrate.

Pareil pour Alzheimer. Certains cas sont en fait une conséquence de Lyme. Mais il faut bien dire qu’un vieux avec Alzheimer ne passionne pas autant les foules qu’en enfant autiste.

Au final, je me dis que nous, « lymés », on a de la chance. Notre maladie a un joli nom. « Maladie de Lyme », ça sonne bien et ça porte le nom d’un charmant petit village américain d’où tout est parti dans les années 70. Parce que franchement, il y a d’autres maladies qui font moins rêver : « spondylarthrite achylosante » (tu décroches déjà à la 2e syllabe), « syndrome de Gougerot-Sjogren » (Ikéa est passé par là), « sclérose en plaque » (là, ça panique tout le monde), « lupus érythémateux systémique » (c’est juste répugnant comme nom). On n’est pas reconnu en France, mais au moins, on a un beau nom. On ne peut pas tout avoir !

Pour finir, si un jour une personne vous dit qu’elle a la maladie de Lyme chronique, sachez donc que derrière ces 4 mots, il y a une souffrance physique et psychologique importante, une exclusion sociale de ne plus pouvoir rien faire et une non reconnaissance du système médical français. Alors dites-lui juste « je comprends » et ce sera déjà beaucoup…

Pour continuer à comprendre, voici une interview (13 min) sur FR5 qui résume tellement tout !

https://www.youtube.com/watch?v=5qzcd1DDtCQ&fbclid=IwAR3SdZdNYD2t7Ewd9UXc0iQdtWwJGG8qUDeN8VKfVwPPjQTMlqv5LEz9bGs

Je ne suis pas sur le canapé rouge de Drucker (quoique si vous transférez en masse cette tribune, je serais peut être invitéeJ), mais au passage, je souhaite remercier les médecines parallèles et ceux qui m’ont beaucoup aidé et m’aident encore, sans avoir eu un diagnostic posé : Adrien mon ostéopathe, Sylviane ma naturopathe, Pierre mon nutrithérapeute,  Amandine ma diététicienne, Pierre mon thérapeute d’EMDR, Aude pour les séances de neurofeedback  ; Ana pour sa bonne humeur en rééducation de balnéothérapie et Estelle pour son approche psy de confiance. Comme quoi, dans certains cas, la médecine qui aide n’est pas forcément où on l’attend !

PARRAINER UN MEDICAMENT

Avec tout cela, j’avoue, je n’ai plus un sou ! J’ai suspendu mon prêt immobilier jusqu’en septembre, mais après, c’est l’inconnu.

Alors pour que je puisse continuer à me soigner correctement, je vous propose de parrainer un médicament : vous choisissez votre préféré; vous choisissez la durée (1 mois, 2 mois ou plus) et hop vous êtes parrain ou marraine !

Il ne résidera pas au Cambodge ou en Bolivie, mais il vous promet des nouvelles régulièrement. Il pourra même parvenir chez vous sous forme d’échantillon ; ça ne coûte rien et ça vous permet d’avoir un petit morceau de lui chez vous.

Dans les médicaments, il y a ceux qui sont remboursés : certains antibios, les antiparasitaires (ça marche bien pour soigner les poussées de certains « lymés), les antiviraux (vu que le système immunitaire est totalement défaillant).

Et il y a tous ceux qui sont non remboursés, mais presque indispensables pour un « lymé ». Tous ces médicaments ont besoin de vous pour continuer leur route chez moi et attendent avec impatience un parrain ou une marraine pour les financer !

-DAOSIN : 110 euros/mois

En plus de Lyme (ou sûrement à cause de Lyme), les examens suisses m’ont trouvé une intolérance à l’histamine : je ne produits plus l’enzyme DAO nécessaire pour dégrader l’histamine contenue dans beaucoup d’aliments. Ce médicament est important pour me supplémenter en DAO afin de faire baisser les vertiges, chutes de tension et douleurs intestinales 12 à 20h après l’ingestion des aliments concernés.

-DONORMYL : 16 euros/mois

Lui, il est chimique, c’est un antihistaminique (voir ci-dessus pour l’histamine) et surtout, c’est le seul jusqu’à présent qui ai réussi la mission miraculeuse de me faire dormir !

-VITAMINE D (labo COPMED) : 15 euros/mois

La vitamine D renforce le système immunitaire. Celle remboursée en pharmacie est en uni-dose pour 1 trimestre et ne permet pas un apport quotidien constant dont le « lymé » a besoin, car carencé en permanence de vitamine D.

-SYNERTROPHIC (labo SYNPHONAT) : 24 euros/mois

Ce médicament naturel est celui qui m’a permis, après 4 mois de prise, de stopper l’inflammation de mes intestins et de réparer l’action catastrophique de plusieurs traitements aux IPP. La prise actuelle est un traitement d’entretien pour éviter les inflammations.

- LABDigest (labo PARINAT) : 32 euros/mois

Il contribue à protéger l'organisme contre les problèmes digestifs et le stress oxydatif.

-Gel pur d’ALOE VERA (labo PHYTOQUANT): 19 euros/mois

Lyme provoque chez moi de nombreuses inflammations des tissus, incluant aussi des brûlures d’estomac importantes. Le gel pur d’aloé véra est à ce jour pour moi extrêmement efficace pour soigner et stopper les inflammations de l’estomac et du tube digestif. C’est aussi un puissant antifongique lors des cures de médicaments chimiques.

-L-THYROSINE (labo PARINAT) : 20 euros/mois

Lyme dérègle la thyroïde. Cet acide aminé permet de la réguler et d’apporter le manque de dopamine qui n’est plus produit (le neurotransmetteur de la bonne humeur).

-CHARDON MARIE (labo FENIOUX) : 14 euros/mois

Tous les traitements chimiques sont lourds pour le foie, qui finit par se dérégler Le chardon-marie permet de réguler le foie et d’éviter des soucis en plus.  

-RHODIOLA (labo FENIOUX) : 13 euros/mois

Lyme entraîne la destruction de la sérotonine, nécessaire contre la dépression. La plante Rhodiola remplace un antidépresseur chimique (que je ne supporte pas de toute façon).

-PROBIOTIQUES : 38 euros après chaque cure d’antibios

Pour reconstituer la flore intestinale, en partie détruite à cause des antibios.

-CONSULTATION EN SUISSE : 160 euros/mois

Ça, c’est le coût classique d’une consultation en Suisse.

-SERRAPEPTASE (labo BIONOPS) : 30 euros pendant chaque cure d’antibios

Celui-ci n’est pas indispensable, mais il permet de casser la membrane de la bactérie de Lyme pour que les antibios attaquent mieux.

-OMEGA 3 (labo FENIOUX) : 11 euros/mois

L’apport en Oméga 3 permet au « lymé » de mieux réguler les réactions immunitaires et anti-inflammatoires ainsi que de participer à la régénération des cellules. 

-MAGTORINE (labo COPMED) : 29 euros/mois

Le magnésium, en carence chez le « lymé », permet de regagner en tonus musculaire, avec moins de fatigue nerveuse, moins de maux de tête, etc.

Je vous vois derrière votre écran, vous êtes en train de vous dire : « mais elle ne prend quand-même pas tout ça en même temps avec, en plus, les antiobios, les antiviraux et les antiparasitaires ». Ben si, nous les « lymés », on aime bien aligner les pilules, c’est joli avec pleins de couleurs différentes ; ça égaye un repas. Vous devriez essayer !

Et là, encore, je ne vous parle pas de tout le reste à ma charge : les examens médicaux à l’étranger, les antibios/médicaments qu’il faut se procurer en dehors de la France, les traitements ponctuels non remboursés. Et aussi, Lyme entraîne  tout un tas d’allergies et intolérances : les produits de la salle de bain à commander en parapharmacie (shampoing, crème visage, gel douche, …) à cause des allergies; les aliments spéciaux à acheter à cause des intolérances alimentaires. Il faut le dire, un intolérant au gluten n’a pas de chance, tout lui coûte plus cher.

Alors ? Vous êtes motivés pour parrainer un p’tit médicament, mais vous hésitez encore lequel choisir ? Je peux vous conseiller le SYNERTROPHIC car dilué dans l’eau, il a une magnifique couleur bleue Harpic WC ; ou encore le DONORMYL car il est tout petit et peut s’emmener partout (c’est bien connu, tout ce qui est petit est mignon).

Je précise cependant : toute adoption définitive n’est pas autorisée car chacun d’entre eux reste ma propriété ; même si je sais qu’on peut vite s’y attacher !

Et attention, ne vous engagez pas sur une durée trop longue, je peux encore vivre longtemps. Pensez d’ailleurs à celui qui a acheté en viager l’appart de Jeanne Calmant … il est mort avant elle !

Et je voudrais juste vous dire, à vous, mes futurs donateurs adorés : si un jour, vous me croisez au restaurant, au cinéma ou à une exposition, ne m’en voulez pas et ne pensez pas que je profite de votre argent. C’est juste qu’après 1 an enfermée chez moi pour cause de trop grande fatigue et de douleurs physiques, il est nécessaire de se ré-ouvrir, de penser positif et de recréer un lien social. De reprendre une vie comme la vôtre en fait. Même si je réduis drastiquement mes activités pour raison financière, j’essaye de revivre un-peu normalement, même si la maladie ne me l’autorise pas tous les jours.

Alors si vous participez, je n’ai qu’un mot à vous dire : MERCI !

Et comme certaines choses écrites plus haut ne doivent pas être dites en France en 2019 sur cette maladie, je finirai comme La Bajon, mon humoriste préférée : « VOUS COUPEREZ ».

Marie

PS : si vous vous prenez d’une passion subite pour Lyme ou pour savoir si je ne suis pas totalement parano, vous pouvez lire, entre autres tous les livres qui existent : "La vérité sur la Maladie de Lyme" du Pr Perronne ou "Maladie de Lyme : sortir de l'impasse" du Dr Bransten.

PS bis : Je remercie la cagnotte Papayoux (j’aime bien, on croirait un nom de chef indien d’Amazonie !) qui a une rubrique Solidarité pour des collectes comme celle-ci : 1 euro donné = 1 euro reversé, sans frais.

2940.00 €
collectés
543 jours
restants

UNE SEANCE DE MEDITATION LUMINEUSE

 

 

Je me nomme yannick monnier, je ne suis pas thérapeute et la lampe PandoraStar n’est pas un dispositif médical !

Cet outil vise à booster vos propres capacités cognitives. Grace à lui, votre cerveau en pleine possession de ses capacités transmettra au corps des informations de bien-être et de santé.

Il y a longtemps que j’avance sur un chemin spirituel fait de voyages et de rencontres, à travers des expériences chamaniques notamment en Corée du sud et au Pérou.

Ce parcours, pour inhabituel qu’il soit, prends son sens dans ma démarche artistique de photographe et m’amène à considérer aujourd’hui  ce que je pourrais apporter à d’autres…

Nous sommes tous des êtres en perpétuel devenir de nous-mêmes. En advenir pourrait-on dire...

J’y vois deux axes de travail, comme les deux faces d’une même pièce :

- Le renforcement/ amélioration de nos capacités cognitives dans lequel on fera rentrer le fameux bien-être que je préfère qualifier d’être à soi qui serait l’axe de la relation à soi et par voie de conséquence à nos altérités.

- L’expansion de conscience qui serait l’axe de notre être au monde, à l’univers, à la nature. En un mot à notre environnement ; Ici le propos est inclusif.

Depuis quelques années les techniques de bien-être ont le vent en poupe. Le développement personnel est à la mode et c’est une bonne chose.

Le yoga, la méditation, le coaching… Ces propositions ont toutes en commun de vous aider à vous réaliser et à affronter le stress d’une vie sur-connectée et de plus en plus compétitive. Mais voilà cela prend du temps : Des années de pratiques…

Avec la lampe Pandora Star ce n’est pas une fatalité !

Une séance de 30 à 40 mn, permettra à votre cerveau de bénéficier des bienfaits d’une méditation profonde équivalente à celle des grands méditants Tibétains.

Il en va de même pour la gestion du stress, on ne s’en occupe généralement que lorsqu’il est trop tard, quand survient le burn-out. C’est dans l’accompagnement et l’anticipation que l’on obtient les meilleurs résultats !

Bien-sûr une séance ne fera pas disparaître les difficultés qui vous assaillent mais vous serez plus à même de les gérer avec créativité, l’esprit alerte et reposé.

Je vous sollicite, non pas pour un financement participatif en échange de quelque « goodies », mais par votre implication pour vous-même au travers d’une réservation de séance qui au-delà de la découverte vous ouvrira de nouveaux horizons de développement personnel/méditation via la technologie de la lampe Pandora Star.

Les réservations anticipées permettront l’achat de la lampe et vous donneront un accès privilégié à un tarif attractif à cette extraordinaire aventure d’expansion de conscience !

 

J’ai moi-même, vous vous en doutez, essayé cette lampe et j’ai fait une ballade visuelle intense et totalement psychédélique !

C’était le programme que je voulais tester et je vous le recommande ! 

J’avais également proposé à mon ami manuel de m’accompagner et d’en faire l’expérience pour avoir un autre avis, voici ce qu’il en dit :

À la base, et comme beaucoup, je suis prudent par rapport aux "expériences ésotériques", une prudence balancée par une curiosité naturelle pour des disciplines, pratiques ou techniques apportant le bien être et la découverte de soi. M'étant renseigné sur les principes mis en œuvre par la lampe Pandora Star, j'ai voulu essayer, quelle découverte !
Des mois après, je conserve encore en mémoire, et avec une précision bluffante, de très nombreuses images "vues" par mon 3ème œil lors de ce voyage intérieure grâce à cette lampe. Temps réellement suspendu pendant l'expérience, paix et détachement : un pur bien être pendant les 30 ou 40 minutes que dure "l'exposition". Et après ? Le calme, l'esprit apaisé, et comme un étonnement d'enfant par rapport à toutes ces fabuleuses images que la lampe m'a permis de "voir" les yeux pourtant fermés.

 

De nombreux témoignages sont disponibles sur une page facebook dédiée…

Le lien ainsi que d’autres sont à consulter à la fin de ce document.

 

Je crois au décloisonnement entre le monde matériel, technologique et le monde subtil, du ressenti.  Un peu comme une réconciliation.

C’est cette réconciliation que je vous propose d’expérimenter avec la lampe Pandora star !

Participez à la grande aventure de l’expansion de conscience !

La vôtre d’abord puis par extension celle de la planète et de tous les êtres.

 

 

La Lampe Pandora Star

La Pandora Star est une technologie innovante, encore peu répandue dans le monde, qui diffuse un flux de lumière pulsée, suivant une programmation très précise, conduisant à des états de relaxation très profonde et de reconnexion intérieure. 

Exclusivement dédiée à l’accroissement  du niveau de bien-être, elle a été créé en 2015 en Angleterre par Todd Acamesis et Jimi Simpson.

Elle génère des fréquences lumineuses allant de 0,1 Hz à 200 Hz grâce à 12 leds blanches pilotés par un logiciel.

Cette technologie qui permet la rééducation fonctionnelle des neurones est aussi connue sous le nom de synchrothérapie. Cela consiste à  envoyer un flux de lumière au cerveau, en y diffusant des ondes captées par les yeux même fermés !

Cette technologie est utilisée dans le milieu médical pour relaxer les personnes avant une opération et diminuer ainsi la tension nerveuse et les doses d’anesthésiants administrées.

On la trouve également dans le milieu sportif où elle permet de favoriser la performance sportive tout en améliorant la récupération musculaire et la concentration.

Elle est enfin de plus en plus utilisée  par les praticiens cherchant à faire atteindre à leurs patients  des états de consciences modifiées.  (par exemple, en naturopathie : dans le renforcement de la physiologie humaine ou encore en sexothérapie.)

 

Elle agit sur la glande pinéale, aussi appelée "le troisième œil ".

Les scientifiques ont aussi constaté qu'à l’image d’une antenne, la glande pinéale était capable de capter les radiations électromagnétiques et d’éveiller la production de certaines substances neurotransmettrices qui stimulent l’activité mentale.

La séance est accompagnée au casque par l’écoute de sons binauraux qui aident à la synchronisation des deux hémisphères du cerveau et augmentent considérablement l’action de la lampe.

 

Publics concernés

Elle est proposée aux  scientifiques, étudiants, chercheurs, artistes, écrivains, cadres, informaticiens, hommes d’affaires, leaders, sportifs, thérapeutes, chercheurs en spiritualité…En somme, tout un chacun !

 

Usages

La lampe Pandora Star peut être utilisée pour la méditation, l’apprentissage, l’amélioration de l’énergie au travail, la relaxation, le bien-être, la réduction du stress, la réduction de l’anxiété, la gestion de la dépression, l’amélioration du sommeil, la préparation à l’hypnose, l’amélioration des performances intellectuelles, la créativité, la visualisation, le développement personnel, le développement spirituel et bien d’autres applications.

 

Déroulement d’une séance

D’abord est pratiquée, une courte session test destinée à adapter l’intensité à votre sensibilité.

Puis, allongé ou assis face à la lumière les yeux fermés, vous baignez dans un flot de lumière stimulant les glandes endocrines responsables des hormones régénératrices.

La DMT, molécule dite de l’esprit, est la molécule impliquée dans les visions liées aux états modifiés de conscience est produite par la glande pinéale permettant une expérience unique.

Le système nerveux se rééquilibre, les niveaux d’énergie montent et le corps se détend.

Chaque séance est différente et les effets varient d’une personne à l’autre en fonction de son état physiologique, psychologique, émotionnel et spirituel.

La lampe possède plus d’une centaine de programmes.

Les différents types d'ondes cérébrales

Grâce à cette neurostimulation, le cerveau synchronise les ondes cérébrales sur les fréquences émises par la lampe. Ces mêmes fréquences mêlées aux flux de sensations et de visuels créent un état particulier, aussi appelé état hypnagogique qui permet de déconnecter de son état de conscience ordinaire.

Ces différentes ondes aujourd’hui bien connues des neurosciences

ONDES DELTA (0.1-4 Hz) : Les ondes Delta se rapportent aux différents états de sommeil correspondant à leur niveau de conscience, le sommeil profond, le rêve lucide, la transe, les tâches inconscientes. Les ondes Delta sont impliquées dans notre capacité d’intégration et de lâcher prise.

 

ONDES THÊTA (4 à 8 Hz) : Les ondes thêta se rapportent aux états de demi sommeil présents par exemple lors de la méditation, de l'hypnose, ou dans un profond état de relaxation, il y a souvent une perte de la notion du temps. L'état Thêta peut nous amener à modifier certains schémas de pensées afin de libérer notre libre arbitre.

 

ONDES ALPHA (8 à 12 Hz) : Les ondes alpha se rapportent aux états d'éveil mais relaxés. Ce stade est proche d'une grande détente ou d'un assoupissement, mais le sujet demeure très sensible aux stimuli extérieurs. C'est le rythme principal de repos chez l adulte.

 

ONDES BETA (12 à 40 Hz) : C'est le cycle de l'éveil, celui qui rythme notre cerveau lorsque nous avons les yeux ouverts durant l'action, lorsque nous écoutons, pensons, tout ce qui a attrait au traitement des informations relatives au monde qui nous entoure. Pensées éveillées, sujet attentif.

 

ONDES GAMMA (40 à 80 Hz) : C'est le rythme principal de hautes activités mentales intégrant les formations intellectuelles, la mémoire, les intuitions mais aussi la perception et la conscience.

 

Les programmes sur la Pandora Star ?

Il y en a une centaine dont :

 

Relax, Tibet et Calm me : ils génèrent un état de relaxation très profonde et revitalisent.

         

Happy et Loveheal : ils restaurent la joie du cœur.

Flow 1 : il élimine l'anxiété, permet de sortir des schémas répétitifs (habitudes) et génère du bien-être.

Sleepy et Hypersleep : ils restaurent un sommeil harmonieux.

Recharge et Delta 105 et Vital 40 : ils favorisent la récupération/préparation physique.

Headcalm et painaway : ils restaurent l'harmonie, chassent migraines et douleurs.

Hypnagogia et Anchor 15 : ils favorisent l'ancrage.

  

40Hz45, Alzeim et Brainiac : ils favorisent l'amélioration de la mémoire et les capacités d'apprentissage.

RV6Hz et 3rdEye1 et 2 : ils développent l'intuition et les perceptions, ré-harmonisent la glande pinéale.

Astral 1et 2 : ils facilitent les sorties hors du corps et les voyages chamaniques.

 

Contre-indications : La Pandora Star, du fait de l'activité lumineuse, est déconseillée aux personnes hypersensibles à la lumière, aux femmes enceintes, aux épileptiques, personnes souffrant de troubles psychiques (schizophrénie, bipolarité...) ou de pathologies cardiaques.

 

Il suffit de 120 réservations de séances à 50€ pour la financer !

Le tarif sera par la suite de 50€ à 100€ la séance selon le programme choisit, mais dans le cadre de ce financement le tarif est fixé à 50€ la séance quel que soit le programme.

Les effets de la Pandora Star se font sentir dès la première séance.

Pour générer des changements durables, entre 3 et 6 séances peuvent être nécessaires.

C’est la raison pour laquelle je propose un pack de 5 séances,

4 séances réservées et 1 gratuite !

Certains programmes sont beaucoup plus longs que d’autres.

 

Je me déplacerai pour vous faire la séance, en fonction de regroupements géographiques, accueilli par mon réseau de contact sur le territoire ou à domicile, dans la même période évidemment.

 

Boostez vos capacités cognitives !

De nombreux thérapeutes l’ont déjà adoptée !

 

 

Site du fabriquant :

https://pandorastar.co.uk/

Presse:

http://www.mariefrance.fr/equilibre/bien-etre/la-lumiere-hypnagogique-une-lumiere-qui-nous-rend-de-bonne-humeur-402294.html

Nombreux témoignages sur la page facebook Lumière PandoraStar :

https://www.facebook.com/lumierepandorastar/

Vidéos & Effets visuels :

https://www.youtube.com/watch?time_continue=6&v=vDaRvE2X6dY

https://vimeo.com/266114614

Jan Kounen en parle dans un entretien (35’’) :

https://www.youtube.com/watch?v=sWnVW5C_ES8&feature=youtu.be&fbclid=IwAR2Gz4Vauv7M7ZQaOs7nVD2E9MKfoc-0_7c--1D32qRXsHy4OeI-t1FG7SI

Présentation par Marc Auburn :

https://www.youtube.com/watch?v=liloJioXXh4

Présentation par Cyril Béchacq Ostéopathe :

https://www.youtube.com/watch?v=_8-F4uLGZsM

Présentation par Tuan Nguyen Minh et Damien Maya coachs sportifs :

https://www.youtube.com/watch?v=C1Rwvh1WP_k

1000.00 €
collectés
Terminé
Présentation de l'association Narbovélo

Depuis 2007, Narbovélo participe au développement durable par la valorisation de vélos récupérés, et aussi porteur de projet concret mis en place en 2009. Ce projet a permis l'implantation d'un chantier d'insertion et ainsi crée des emplois...

Association alternative, nous sommes dans une démarche dynamique d'inclusion sociale. Nous avons mis en place des ateliers vélos mobile pour favoriser cette cohésion sociale. Nous avons la volonté de continuer car le vélo est porteur de liberté et cette liberté nous souhaitons la transmettre à tous citoyen éco-responsable.

Les objectifs de l'association

L'objectif de l'association est de promouvoir un lieu de communauté autour du vélo. D'une part, elle contribue à l'insertion socioprofessionnelle de personnes par le développement d'un atelier vélo participatif et solidaire, fixe et mobile. D'autre part, l'activité de valorisation et de réemploi des vélos, de recyclage et de surcyclage, d'objets ou de matière récupérés aussi, sert de base à des projets sociaux divers. L'association privilégie le transfert de connaissances et de savoir-faire par des animations tout public, des formations, des ateliers, des expositions, pour promouvoir la culture de la bicyclette dans une dynamique d'inclusion sociale. L'association met en oeuvre toute activité indispensable à l'accomplissement de chaque mission.


À quoi servira l'argent collecté

Cette campagne nous permettra de mettre en place les bases d'un atelier vélo fixe sur Narbonne, de soutenir son fonctionnement et d'étendre ses compétences par l'acquisition de matériels adaptés. Bref d'avancé !


Notre équipe

Notre équipe est constitué de professionnels venant du cycle et de l'insertion socio-professionnel. Elle est formée à une éthique responsable vis à vis des interventions de l'association et le respect déontologique des partenaires. Principalement, l'équipe est constituée d'un encadrant technique professionnel et d'un éducateur mobilité vélo.

narbovelo.fr

0.00 €
collectés
Terminé
Page précédente1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 Page suivante