papayoux

Campagnes publiques

0.00 €
collectés
17 jours
restants

Ce weekend, un drame effroyable a ravagé le coeur de Charlène, mais aussi toutes les écuries de Grand Coeur, à Aigueblanche, en Savoie.

Alors qu'après tant d'efforts, tout semblait prendre le meilleur des chemins, alors que l'avenir était si prometteur...

Un inexplicable instinct a conduit quatre chevaux sur une funeste route dans la nuit de samedi à dimanche, ravissant pour toujours à Charlène le coeur de sa plus proche amie, Taïga, alors qu'elle essayait de ramener son troupeau en sécurité.

Nous sommes tous atterrés par cette nouvelle, sidérés par le choc...

Dans l'incomprehension la plus totale.

Si nous sommes désemparés face à l'indescriptible chagrin de Charlène.... Si nous sommes impuissants à lui ramener sa douce amie..

Nous avons par contre le pouvoir de l'aider à surporter le choc financier

Car en plus du vide immense qu'il faudra surmonter, les conséquences matérielles sont importantes.

Tout ceux qui la connaissent savent comme l'accueil des chevaux est irréprochable, tout l'investissement qu'elle devoue à leur bien-être, le courage et l'abnégation qu'elle met dans son travail, et la bienveillance de son enseignement.

Sur le plan personnel, tant que professionnel, Charlène mérite tous les égards. 

Nous voilà donc avec un terrible goût d'injustice dans la bouche, et une rage sourde contre ce destin qui semble ne s'en prendre qu'aux plus méritants ...

C'est pour équilibrer ce karma impitoyable que nous croyons fermement en une solidarité de grande envergure, qui montrera à Charlène qu'elle n'est pas plus responsable qu'un autre, et qu'elle mérite plus que n'importe qui qu'on se sert les coudes pour elle.

Nous, ses amies, savons qu'elle ne demandera jamais...aussi, nous avons pris l'initiative de cette cagnotte solidaire, réalisée sur un site qui ne prend pas de commission, et travail à l'éthique de son impact. 

L'argent collecté servira à payer les franchises d'assurance, pour que Charlène n'ait plus que ses plaies à panser, sans avoir à se soucier de l'avenir de son écurie. 

Toutes nos pensées accompagnent Taïga, et les trois autres chevaux dans leur guérison. 

Et toi, Charlène

 

 

4305.00 €
collectés
17 jours
restants

Alors que la vie reprend son rythme un peu partout, voilà 5 mois que le Ranch des 2 Gazelles tourne à vide en l'absence de cavalières et cavaliers. Et pour cause, les frontières du Maroc sont toujours fermées. 

While life is getting back to normal almost everywhere, the Ranch des 2 Gazelles has been running empty for 5 months without any riders. The borders of Morocco are still closed.

Pour combien de temps encore ? Pour l'heure personne n'est en mesure de s'avancer hélas.

For how long? For the moment nobody is able to come forward.

Mais nos 20 chevaux ne sont pas au chômage partiel :-) et Ils ont grandement besoin de sorties, de nourriture et de soins.

But our 20 horses are not partially unemployed :-) and they still need to work, eat and receive cares.

Vous nous voyez venir... pour tenir encore les semaines (on n'ose pas dire les mois) qui nous attendent, nous et les chevaux allons avoir besoin de vous. 

You see us coming... to get throught the next few weeks (we don't dare to say months), we and the horses need you.

Car si nous avons pu maintenir le cap depuis le 15 mars bon an mal an, chaque jour qui passe devient un peu plus compliqué à assumer.

If we have been able to manage since March 15, each day that passes becomes a little more complicated to assume.                                                                                                              

                                                                   Concrètement, un cheval mange 4 litres de céréales par jour, de la luzerne et de la paille. Et nous devons bien naturellement continuer de prodiguer tous les soins et maréchalerie... 

Concretely, a horse eats 4 litres of cereals per day, lucerne and straw. And of course we must continue to provide all the cares and farriery ...

 

 

 

A quoi servira l'argent collecté? / What will the money collected be used for?

 

Le calcul est simple, avec 5 euros par jour, un cheval est logé, nourri, blanchi au Maroc. 

The calculation is simple, with 5 euros per day, a horse is housed and fed in Morocco.

Voilà pourquoi nous ouvrons une cagnotte Papayoux-solidarité à tous les amoureux des chevaux, de la randonnée sur la plage au soleil tombant, du Maroc, des foutas du marché de Mirleft, d'aventure, de nous... 

That's why we open a Papayoux-solidarity pool to all lovers of horses, of riding on the beach in the falling sun, of Morocco, of the foutas of the Mirleft market, of adventure, of us...

Devenez parrain de l'un de nos chevaux le temps d'une journée, d'un mois... Chaque geste compte !

Chaque euro sera dûment consacré à nos chevaux ! 

Become a “sponsor” of one of our horses for a day or a month... Every donation counts !

Every euro will be duly dedicated to our horses!

Pour vous remercier, les chevaux apprendront à hennir votre nom au lever du soleil en signe de gratitude et nous, on se fera une joie de vous immortaliser sur leur dos, dès que cette pandémie sera derrière nous et de vous taguer en attendant sur Facebook/Instagram.

To thank you, the horses will learn to neigh your name at sunrise as a sign of gratitude and we will be happy to immortalize you on their back as soon as this pandemic is behind us and to tag you while waiting on Facebook/Instagram.

Merci à toutes et tous pour votre aide !

Thank you all for your help!

Toute l’équipe du Ranch, Barbara & Thierry, les 2 Caroline, Philippe, nos 20 chevaux et leurs guides. 

All the Ranch team, Barbara & Thierry, the 2 Caroline, Philippe, Our 20 horses and their guides.

4139.00 €
collectés
33 jours
restants


activez les sous-titres / activate subtitles

---English follows---

"Solidarité avec Aman" est une initiative née du besoin de témoigner d'une situation plus que jamais actuelle et, surtout, d'aider un ami à traverser une période de grande détresse.

Aman est un jeune homme pakistanais de 26 ans. Il était chauffeur de taxi dans son pays. En 2017, il a été kidnappé par les Talibans avant de s'enfuir du camp où l'on tentait de l'enrôler comme soldat. Du jour au lendemain, il s’est exilé, il a quitté sa maison, sa ville, sa famille, son métier, ses amis, pour tenter sa chance en France et subvenir aux besoins des siens restés au Pakistan. Pendant 3 ans, il a traversé 14 pays. A chaque pays, une frontière, des barrières. Il a été confronté au système sans foi ni loi des passeurs d’Europe centrale, il a connu la faim, la soif, le froid, la fatigue, le manque, la peur, la mort, dont celle de son meilleur ami. Les mots sonnent comme des euphémismes face à la violence de ce qu’il a vécu.

Au terme d'un voyage d'une extrême dureté, Aman est finalement arrivé en France. Il a d'abord vécu dans une tente en pleine rue, puis dans un camp pour réfugiés. Mais, durant son périple, des policiers bulgares ont relevé ses empreintes et, depuis, Aman est obligé de demander l'asile dans ce pays, la Bulgarie, dont la politique et la population sont majoritairement hostiles aux réfugiés. Cette contrainte est conditionnée par le Règlement Dublin.

Pour ne rien arranger, la famille d’Aman se trouve actuellement sans ressources. Suite à un accident de la route, son père n’a plus l’usage de ses jambes, et sa sœur ne peut plus travailler après l’école, car le lave-auto où elle travaillait a fermé suite à la crise sanitaire actuelle. L'épargne ne suffit plus pour payer le loyer, si bien que toute la famille est quotidiennement menacée d'expulsion. Enfin, un cousin d’Aman lui réclame avec insistance l’argent qu’il lui avait prêté pour partir en Europe, une majorité de cette somme ayant rempli les poches des passeurs.

Aujourd’hui, Aman vit dans une ferme près de Fontainebleau, où il travaille en échange du gîte et du couvert. C’est là que nous l’avons rencontré. Son engagement dans le travail, sa débrouillardise, et son humilité impressionnent. La force de vie demeure. Lorsqu’il nous raconte son parcours et sa situation, nous sommes ébahis par tant de courage et de force, mais aussi désemparés face à la violence et la souffrance qu’il a subies.

Nous avons conscience que la cagnotte ne changera pas la face du monde et que de nombreuses personnes partagent le sort d'Aman, mais l'amitié que nous lui portons nous pousse à l'aider. 

L'argent collecté permettra de :

- rembourser la dette d'Aman et celle de sa famille

- assurer des conditions de vie décentes à Aman en attendant qu'il trouve un travail

- reverser 10% à l'association Scarabée Malakoff, qui aide Aman et d'autres personnes réfugiées et exilées. 

Par ailleurs, Aman cherche des heures de travail en région parisienne (taxi, BTP, ménage, déménagement, travaux agricoles…). Si vous avez besoin ou connaissez quelqu’un qui cherche de la main d’œuvre et offre des conditions de travail dignes, contactez-nous.

Merci pour votre générosité !

 

----English version---

‘In solidarity with Aman’ is an initiative born from the need to speak out about a situation that is more pertinent than ever and, above all, to help a friend overcome a period of great difficulty.

Aman is a young 26-year-old Pakistani. Working as a taxi driver, in 2017 he was kidnapped by the Taliban; he managed to escape before being enrolled as a soldier. From one moment to the next his life changed course as overnight he was forced to flee his country, leaving behind his home, his family, his friends and his career in the hope of a new future in France. It took Aman 3 years, walking more than 17 000km and crossing 14 countries, each time faced with borders and controls. Subjected to the ruthless system of people smugglers, he experienced hunger, thirst, cold, exhaustion, loneliness, fear and death including the untold pain of his best friend dying in his arms. Mere words are inadequate to describe the violence and horror Aman lived through.

After a perilous journey Aman finally arrived in France where he first lived in a tent out in the open, then in a refugee camp. Unfortunately, during his trek the Bulgarian police took his finger prints and he is now obliged to seek asylum in Bulgaria, a country whose politics and people are largely hostile towards refugees. This bureaucratic constraint is imposed by the Dublin Regulation.

Adding to this uncertainty is the precarious position of Aman’s family back in Pakistan who are barely surviving without any source of income. His father, the victim of a road accident has lost the use of both legs whilst his sister has lost her afterschool employment as the car wash where she worked closed due to Covid. Unable to pay rent, the family is threatened daily with eviction by the landlord. The cousin who lent the money for Aman’s journey to Europe, most of which lined the pockets of smugglers, is demanding repayment.

Today Aman lives on a farm on the outskirts of Paris, where he works in exchange for food and lodging. This is where we met him. From our first meeting we were struck by his resourcefulness, humility and strong work ethic. Despite his suffering his belief in humanity remains a powerful force. When he recounts his life story, we are moved by his courage, strength and resilience but also left feeling helpless in the face of the violence and suffering he has had to endure. 

We are aware that there are many others who share Aman’s plight and that this fundraiser is but a small step. Yet as his friends we are propelled to help him.

The money raised will go towards: 

- repaying Aman and his family’s debt

- ensuring a decent standard of living for Aman until he is able to work

- a 10% donation to the charity Scarabée Malakoff which helps Aman and other refugees

Aman is also looking for work in the Paris region (taxi, construction, cleaning, moving, farming…). If you need, or know anyone who is looking to hire and offering fair working conditions, then please contact us. 

Thank you for your generosity!

2073.70 €
collectés
18 jours
restants

Quel est mon projet ? 

Comme vous le savez, j'ai crée Guidecol alors que je n'était encore qu'au Lycée; j'avais reçu un prix d'éducation citoyenne pour avoir fait un stand "Guidecol" au Lycée Dautet et des affiches de présentation du site ont été affichées dans 5 lycées de la ville de La Rochelle et dans les locaux de l'association Echos Mer. Guidecol a donc une petite réputation, le site étant toujours entretenu, le nombre de visiteurs augmente toutes les semaines. Vous pouvez constater ce nombre sur le site:
www.Guidecol.simplesite.com 

Je souhaite aujourd'hui, en faire une activité économique. Je souhaite démocratiser les produits en faveur du développement durable en les rendant gratuits. Le concept est simple; l'utilisateur se connectera à une plateforme, et regardera une publicité de 30 secondes avant de commander sa boxecol (boite en carton contenant plusieurs produits durables (ex: rouleau d'emballage alimentaire à la cire d'abeille, brosse à dent en bambou, paille en acier inoxidable, cake vaisselle solide, ...).              

Ce sont les publicités payées par les marques qui feront la rentabilité de cette activité (par la vente d'espace publicitaire en ligne), il s'agit donc de B to B.


Pourquoi ce projet ?

Rendre accessible à tous, les produits en faveur du développement durable.

Quel est le budget de ce projet ?

- Communication : 3 000 €                        

- Achat de marchandises : 1 000 €                                                                                           - Creation de la plateforme numérique par un freelance + hébergement : 2 000 €

Pourquoi investir dans mon projet ?

Toute personne investissant dans cette entreprise, pourra être tenue au courant de l'avancée du projet et de sa continuité à tout moment, sur simple demande.

 

Dina BOUCHEREAU

78.00 €
collectés
18 jours
restants

Petite vidéo de présentation <3

Qui sommes nous ?

L'idée de Baham ARTS est née en 2015 et s’est montée en association lors de l’année 2017. Fondée par deux personnes, Erika Nomeni et Paulo Higgins, Baham ARTS a pour but de visibiliser les artistes, les mémoires et les cultures LGBTQIA+. Portée par deux personnes queers, une femme lesbienne noire et un homme trans gay blanc, cette association est un investissement quotidien de notre énergie et de notre temps de façon bénévole. Nous nous sommes intéressé.es dès nos débuts à représenter des personnes qui nous ressemblent : des personnes trans, des personnes queers racisées, des femmes lesbiennes.. Nous avons ainsi organisé trois festivals mettant à l’honneur nos communautés respectives (le festival UMOJA et les festivals INTERSECTIONS 2018 et 2019). Avec ces espaces nous avons voulu ouvrir des scènes pour les femmes, les personnes trans, les personnes queers, les personnes queers racisé.es, précaires, issu.es des quartiers populaires, car la représentation des luttes minoritaires et leurs mémoires sont des moteurs puissants de reconnaissance comme d’empowerment.

C’est parce que nous sommes concerné.es par ces questions que nous portons un projet pour toute notre communauté et plus particulièrement pour les personnes ayant des difficultés à trouver leur place au sein de celle-ci. Aujourd’hui, nous souhaitons pérenniser nos espaces et permettre à tous et toutes de trouver chez nous un refuge, des moments d’expression artistique, de ressources associatives et de rencontres.

 

Quel est notre projet ? 

Comme vous le savez, depuis maintenant 5 ans, l’association Baham ARTS organise des événements autour des cultures minoritaires (gays, lesbiennes, bi.es, trans, afro-descendantes..) et tout ce qu’elles comportent. Nous voulons aujourd’hui pouvoir nous implanter durablement dans la ville et ouvrir un lieu dans lequel nous pouvons tous et toutes trouver notre place.

Marseille, deuxième ville de France comporte encore trop peu de lieux LGBTQIA+ et dédiés à la préservation des mémoires minoritaires. Les espaces que nous avons créés, via nos festivals, nos ateliers ou des moments de discussions sont des instants de partage et de ressources mais qui restent malheureusement éphémères et délimités dans le temps. Ce constat étant fait nous avons longuement réfléchi à comment s’inscrire dans une logique communautaire de care sur le long terme. Ainsi le projet d’ouvrir un lieu dans lequel les personnes LGBTQIA+ et plus spécifiquement les personnes trans, les personnes queers racisé.es et les lesbiennes puissent se sentir à l’aise s’est formé dans nos esprits et nous anime depuis les commencements de l’association. Dès nos premiers festivals nous avons réfléchi à comment pérenniser nos actions et permettre à tous et toutes au sein de notre communauté de trouver des lieux refuges, de solidarité, d’entraide et de joie. Nous avons d’ailleurs participé à une couveuse associative suite à notre volonté d’ouvrir un café associatif. Aujourd’hui, notre projet nous semble accessible et nous vous demandons de l’aide pour le mener à bien.


Nous souhaitons ouvrir un lieu accessible à toutes et tous dans lequel l’entièreté de notre communauté puisse trouver sa place. Pour nous reposer, pour se rencontrer, pour se sentir chez soi, pour rire, pour danser, pour discuter, pour savoir qu’il y a un lieu dans lequel nous avons notre place.. Pour créer tout cela il nous paraît important de proposer plusieurs types d’activités : discussions, débats, moments communautaires, propositions à des associations de santé communautaire de venir faire des ateliers de prévention sexuelle, propositions aux associations LGBTQIA+ de la ville de pouvoir se réunir dans le lieu s’iels le souhaitent, mais aussi des moments de fêtes, de rencontres, de joies autour d’un verre (alcoolisé ou non). L’Eden est le lieu idéal pour cela. Chargé d’histoire, il est aussi le symbole d’un Marseille que nous ne voulons pas voir disparaître.

 

Pourquoi ce lieu, pourquoi l’Eden ? 

Situé en bas de la rue Curiol, en plein centre-ville, l’Eden est considéré comme le plus vieux bar lesbien de la ville. Par ailleurs, la rue Curiol est emblématique des cultures LGBTQIA+ et queers. Connue de tout Marseille pour son ouverture d’esprit et pour la présence de nombreuses personnes de notre communauté, notamment les personnes exerçant le travail du sexe, elle a servi de refuge pour une partie d’entre nous, souvent rejetés, notamment pour beaucoup de personnes trans.

Présente dans le centre d’un Marseille encore et toujours populaire, cette rue représente une grande partie de notre héritage LGBTQIA+ et à l’heure de la gentrification du centre-ville, nous ne voulons pas délaisser les quartiers qui nous ont portés pendant toutes ces années. Marseille reste une ville dans laquelle les endroits dédiés aux personnes queers racisées, aux personnes trans, aux lesbiennes comme aux TDS sont quasiment inexistants et nous comptons aujourd’hui encore trop peu de lieux LGBTQIA+. Nous voulons aujourd’hui réaffirmer le besoin d’endroits communautaires, notamment pour les plus fragiles d’entre nous, qui puissent servir de lieu de ressources, de joie et de rencontres.

 

Quel est le budget de ce projet ?

Pour acheter le fond de commerce ainsi que la licence 4 du bar, nous avons besoin de 45 000 euros. Nous disposons aujourd’hui de 10 000 euros de fonds propres que nous pouvons investir.
Nous avons besoin d’aide pour les 35 000 et c’est pour cela que nous lançons aujourd’hui un crowfunding. Grâce à ce crowfunding nous espérons parvenir à avoir une somme qui nous permette de demander un prêt bancaire pour nous lancer dans ce nouveau projet !

 

Aidez-nous à donner un nouveau souffle à l’Eden en ouvrant un lieu sur Marseille à destination des personnes les moins représentées de nos communautés, en donnant ce que vous pouvez, en partageant le crowfunding et en en parlant autour de vous !

 

 

 

3711.00 €
collectés
129 jours
restants

"Les petits ruisseaux font les grandes rivières"

- Ovide -

Le centre de Jeunesse en Mission Champagne fonctionne grâce à l'accueil de groupes et à nos formations depuis des années.

Nous avions a peine clôturé une école de formation de disciples, que l’épidémie de Covid-19 s’est déclarée. Comme tous, nous avons dû faire une pause pendant trois mois. La venue de plusieurs groupes et des séminaires ont été annulés depuis mars et aujourd’hui nous espérons avoir un séminaire mi-Juillet. Cet arrêt forcé nous a mis en difficulté, les finances du centre ont grandement été impactées.

C'est pourquoi, cette année, nous avons besoin de votre soutien pour continuer à accueillir les écoles de formations, les groupes de diverses églises et les séminaires. Grâce à votre aide nous serons en mesure d'honorer le paiement des frais quotidiens qui incombent à notre centre et de continuer à vous servir. Nous croyons en la bonté de Dieu, en sa provision et dans le soutien fraternel.

Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.

- Chacun participe du montant qu'il souhaite.
- Tous les paiements sont sécurisés. 
- Chaque don peut être déductible des impôts (Papayoux Solidarité peut émettre des reçus fiscaux)

(Si vous désirez utiliser une autre façon de donner - Paypal, Virement bancaire, Chèques - retrouvez toutes les infos ici : http://www.jem-champagne.fr/faire-un-don/)

Encore merci d’être à nos côtés.

Toute l’équipe de Jeunesse en Mission Champagne.

.

.

---

"Small streams make the big rivers"

- Ovide - 

Our Youth with a Mission Champagne Center has been running smoothly for years, due to our training center, seminars and hosting of many church groups.

We had barely finished the last discipleship training school when the Covid-19 epidemic broke out. Like everyone, we had to take a break for three months. We have had to cancel several groups since March but we are hoping to maintain a week-long seminar end of July. This forced stop has greatly impacted our finances and we are in a difficult position.

In order to face this situation this year, we need your support to be able to continue to welcome you in the future. With your help we will be able to honor the payment of the daily costs of our center and keep it open in the future. We believe in God's goodness, in His miraculous provision and also through brotherly support.

Here, in one click, you can directly participate in this crowd funding :

- Anyone can participate with any amount.

- All payments are secure.

(If you would like to give through another way - Paypal, Bank transfer - find all the information there : http://www.jem-champagne.fr/make-a-donation/)

Thank you again for standing with us,

The leadership and staff of Youth With Mission Champagne

50.00 €
collectés
48 jours
restants
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 Page suivante